Copy
"Créer l'entreprise la plus centrée sur le client comme il n'a jamais existé". Ok, mais à quel prix ?
16.01.2019
Planet
💌 FORWARDEZ-NOUS 💌
AMAZON ET LE PRODUIT PHYSIQUE : IT'S COMPLICATED
Bezos divorce

What's going on, Amazon ? 

Fin 2018, petit signe de faiblesse : malgré son succès pendant les fêtes de fin d'année, le business originel d'Amazon, le e-commerce, semble fléchir.

Sur le troisième trimestre 2018, -11% de ventes comparé à l'année précédente : 

Amazon bad sales

Alors outre la publicité, qui connait une croissance phénoménale, Amazon a surtout décidé d'étoffer sa stratégie offline, toujours à la recherche de relais de croissance. 

POURQUOI C'EST IMPORTANT : 
# Compte tenu des ses résultats, Amazon innove en misant sur des marques fait-maison, et multiplie les projets de magasins physiques
# Sauf qu'en même temps, l'entreprise attire l'oeil des régulateurs, et détruit chaque année des millions de produits.  
IRONIE : COMMENCER À VENDRE DANS DES LIEUX PHYSIQUES

Vendre des livres en ligne, c'était l'idée fondatrice de Jeff Bezos à la création d'Amazon en 1995.

Mais au vu de la baisse des résultats (causée en partie par la saturation du marché américain dans certaines catégories de produits et l'âpre lutte dans les marchés émergents), Amazon revient vers le physique. Quatre exemples : 

1/ En 2015, la première librairie physique Amazon Books est née à Seattle. Depuis, 17 magasins ont été ouverts, et ils se démarquent des libraires traditionnelles. 
2/ Avec le rachat des supermarchés bio Whole Foods en 2017, Amazon a mis la main sur 450 points de vente et mise sur le futur de la livraison
3/ En septembre dernier, l'entreprise a ouvert son premier 4-Star Store à New York, un magasin dédié aux produits les mieux notés sur sa plateforme. 
4/ Et fin 2018, trois supermarchés sans caisse Amazon Go ont été inaugurés, et 3000 sont prévus d'ici 2021. Carrefour semble d'ailleurs avoir eu la même idée.

Mais pourquoi revenir au brick-and-mortar ? Principalement pour renforcer son écosystème et s'adapter aux habitudes des consommateurs. Peu importe où vous achetiez, Bezos veut que cela passe par Amazon. 

DONNÉES = GROS AVANTAGE STRATÉGIQUE

Sur le marché de la publicité, Amazon doit faire preuve d'inventivité face à Google et Facebook. 

Sa dernière trouvaille : envoyer des échantillons gratuits en fonction des habitudes des consommateurs sur amazon.com, et de ce qu'ils seraient prêts à acheter. Maybelline et Folgers seraient en programme pilote, où il payent Amazon pour envoyer des échantillons à la bonne cible. 

Depuis quelques années, l'entreprise a aussi décidé de lancer ses propres marques sur sa plateforme (pensez Kindle). 

Là encore, les données sont essentielles : Amazon étudie maintenant la demande des consommateurs, et cela lui permet de créer des produits génériques dans certaines catégories. 

Aujourd'hui, l'entreprise possède plus de 135 marques comme AmazonBasics, qui offre des produits de tous les jours (piles, bagagerie, accessoire de bureaux...). 

OUI, MAIS ÇA CRÉE QUELQUES PROBLÈMES 

Évidemment, cela soulève des questions, dont deux principales (et une troisième en bonus) : 

1/ La première concerne la confidentialitéEnfin du moins, certains consommateurs peuvent ne pas apprécier de recevoir des produits qu'ils n'ont pas commandé, et que leurs données personnelles soient en la possession d'autres marques. Évidemment, ils peuvent à tout moment choisir de ne plus en recevoir. 

2/ La deuxième concerne la concurrence. Certains accusent en effet l'entreprise de favoriser ses propres marques sur sa plateforme. En Inde, une récente loi interdit tout simplement la vente de produits home made. En Europe, les régulateurs antitrust viennent aussi de lancer une procédure visant Amazon. 

Le bonus : Amazon détruirait en masse des produits (neufs) invendus. En juin dernier, le gouvernement allemand lui est tombé dessus ; il y a une semaine, la pratique a été confirmée dans les entrepôts français (3,2 millions de produits détruits). 

Alors qui est responsable ? Les marques qui donnent leur accord à Amazon pour les détruire ? Ou Amazon qui les dissuade de les garder avec des prix de stockage très élevés ? Ce qui est sûr, c'est qu'au delà du désastre écologique, les règles de la surconsommation conduisent parfois à des situations... aberrantes. 


 NOW PLAYING... Sara - Fleetwood Mac (1979) | Ça vous tiendra la journée ☮️ 

NOTRE MANIFESTO
On est profondément convaincu que les médias d'aujourd'hui doivent se doter d'une mission pour (re)trouver la confiance de leurs lecteurs. On a donc décidé de récapituler toutes les valeurs auxquelles nous croyons et qui nous poussent à vous écrire depuis le début ici. Aidez nous à partager notre vision ❤️
VOUS AVEZ AIMÉ ? 

         
Share
Tweet (@planet_nl)
Share
🔱 REJOIGNEZ NOTRE GROUPE PRIVÉ
INSCRIPTION       ARCHIVES      MISSION
Copyright © 2019 Planet, All rights reserved.


Modifier ses préférences ou Se désinscrire