Copy
La newsletter qui prend le rire au sérieux

Le stand-up  

Une reco d'un spectacle visible en ce moment.
Adam Sandler : 100% Fresh (Netflix)
Durée : 1h13. Diffusé le 23 octobre.

Vingt ans après son dernier special, Adam Sandler revient à ses premières amours : le stand-up. Une tournée documentée dans ce 100% Fresh, un titre pour un spectacle inédit doublé d'un clin d’œil aux critiques (et au site Rotten Tomatoes), peu cléments avec les navets de Sandler sortis sur Netflix ces dernières années. L’ex-star du Saturday Night Live possède en effet un juteux contrat avec la plateforme, dont ce spectacle fait partie. Si sa popularité paraît un peu incompréhensible vue d’ici, ses films pour Netflix font apparemment des cartons à l'international.

En voyant la forme de ce 100% Fresh, au premier abord on redoute un peu l’arnaque : le spectacle est un montage best-of de différentes prestations du New-Yorkais dans divers cadres, du plus intimiste au gros festival. Pas très soigné donc : on flaire le syndrome du groupe de rock qui lâcherait un album de reprises pour se défaire d’un contrat avec une major. Mais finalement, le format permet de limiter les temps morts dans l’humour très relax du comédien. Avec sa dégaine patibulaire à la Droopy, Sandler est une sorte de chansonnier seinfeldien, tournant le plus souvent en dérision des observations du quotidien dans des morceaux très courts, avec des thèmes allant des oreilles des combattants de MMA juqu’à un hymne à la bar-mitzvah.

Le stand-up de Sandler a le charme de son côté paresseux, un assemblage de blagues lorgnant du côté de l’humour de daron, mais réalisé avec assez de détente et de métier pour que le show soit plaisant de bout en bout. Quelques moments plus attendrissants viennent ponctuer ce 100% Fresh, comme un hommage à son regretté compère du SNL Chris Farley. Ce special rappelle dans tous les cas au bon souvenir de Sandler, toujours brillant dans la névrose depuis quinze ans (revoir Punch-Drunk Love, Funny People ou The Meyerowitz Stories) mais qu’on croyait un peu perdu pour l’humour : on y entrevoit même l’héritage de sympathique weirdo perpétué par plusieurs générations du SNL, de The Lonely Island à Kyle Mooney.

La revue de presse 

Une sélection des meilleurs articles sur la comédie parus ces deux dernières semaines.

CK. Louis CK est bien de retour : finies, les invitations surprises au Comedy Cellar, il y est désormais programmé. Vulture explique en détails l'écosystème des comedy clubs qui a pu permettre à l'humoriste accusé de harcèlement sexuel l'an dernier de revenir aussi rapidement. 

Minorités. Pour comprendre ce que vivent les minorités, il faut regarder du stand-up sur Netflix : c'est la thèse de Didier Lestrade sur Slate, qui cite les spectacles de Chris Rock, Ali Wong ou Hannah Gadsby.

Interview. Dans une interview au New York Times, Jerry Seinfeld donne son avis sur le climat actuel de la comédie, des affaires Louis CK, Cosby ou Roseanne au Nanette d'Hannah Gadsby.

1968. Qu'est-ce qui a changé dans l'humour français après Mai 1968 ? La réponse est à lire dans un passionnant article de Libération.

Halloween. A Brooklyn, tous les ans à l'approche d'Halloween, un comedy show un peu spécial a lieu : dans Schtick or Treat, des humoristes se déguisent en d'autres humoristes le temps d'un numéro. Cette année : un «Demetri Martin Shkreli» très réussi et une parfaite imitation de Michelle Wolf au programme.

Papyrus. Il y a un an, un sketch du Saturday Night Live mettait en scène un Ryan Gosling obsédé par le fait que le film Avatar ait utilisé la police Papyrus pour son logo. Il faut croire que ce sketch du petit génie Julio Torres soit parvenu jusqu'à James Cameron : le logo de la suite d'Avatar a été dévoilé cette semaine, et la police a changé.

Le spectacle  

Le spectacle à voir en live en ce moment.
Monsieur Fraize à L'Européen (Paris)
Jusqu'au 21 novembre à L'Européen, 5, rue Biot, 75017 Paris.

On vous a déjà vanté les mérites de Monsieur Fraize l'an dernier lors de son spectacle aux Feux de la rampe (HAHA #12), le revoilà à l'Européen, avec le même spectacle, en version ++. Son personnage de grand ahuri ennuyeux à polo rouge reste une merveille de proposition anti-comique, avec de moins en moins de temps morts, et de plus en plus de variations dans son jeu d'Andy Kaufman à la française. Sûrement la touche de l'empereur français de l'impro, son metteur en scène Alain «Papy» Degois, qui a travaillé par le passé avec Blanche Gardin et Jamel. L'ancien cirque qu'est l'Européen devrait accueillir ses représentations jusqu'à la fin de l'année voire plus : des prolongations sont en effet prévues.

A écouter aussi : son passage hilarant dans le podcast de Thomas VDB, 100 VDB par minute.

Le one-liner 

Une vanne, une seule.
Patriot Act with Hasan Minhaj (Netflix)
Episode 2, L'Arabie Saoudite, diffusé le 28 octobre.

Le ciné-club 

Une reco de comédie en rapport avec l'actu, sortie récemment ou pas.
Le grand bain (2018)
De Gilles Lellouche, avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet... Durée : 2h03.
Plus qu’une comédie, Le grand bain est une réussite de feel good movie à la française : on pourrait lui reprocher de reprendre sans réinventer les codes du film de bandes de mecs type The Full Monty, mais Gilles Lellouche aime trop ses personnages pour qu’on s’ennuie devant la choré synchronisée de ce film choral. Le meilleur de ces quadras bedonnants en slips de bain : Philippe Katerine, parfait dans le rôle de l’enfant chelou de la cour de récré devenu adulte.

Les podcasts 

Best-of de l'humour en baladodiffusion de ces dernières semaines.  
Unspooled (Earwolf). 31 octobre.
Duck Soup.
L'excellent humoriste Paul Scheer (déjà aux rênes du podcast How Did This Get Made?) présente en tandem avec la critique ciné Amy Nicholson cette émission qui revient sur les 100 meilleurs films de l'American Film Institute. Au menu cette fois : une plongée érudite dans le classique des Marx Brothers, La Soupe au canard, avec en guest Conan O'Brien.
Durée : 1h20. Podcast en anglais.

Boomerang (France Inter). 25 octobre. 
Pierre Salvadori en toute liberté.
Avec la sortie d'En Liberté (notre hors série consacré à sa filmo est à retrouver ici), le réalisateur Pierre Salvadori a donné nombre d'interviews, dont celles, passionnantes, aux Inrocks ou à Libé. Ou celle-ci sur France Inter, chez Augustin Trapenard.
Durée : 35 minutes.

Le réveil culturel (France Culture). 23 octobre.
«Dino Risi était le spécialiste de la comédie, ce genre mal aimé par la critique».
A l'occasion de la sortie d'un coffret DVD de trois films de Dino Risi intitulé «La trilogie optimiste», l'historien du cinéma Lorenzo Codelli revient sur l'un des maîtres de la comédie italienne, dix ans après sa disparition.
Durée : 26 minutes. 
Cette newsletter est une œuvre originale d'Adrien Franque.
Logo et illustration : Pierre Thyss.
Web designer : Thomas Devos.

Copyright © 2018 HAHA, All rights reserved.



Vous ne voulez plus recevoir cette newsletter ?
Vous pouvez vous désabonner en suivant ce lien.






This email was sent to <<Inscrivez votre adresse mail>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
HAHA · ///// · Paris 75 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp