Copy

C'est le temps des bilans et HAHA n'y déroge pas. Cette année, plutôt que de vous donner un classement, on vous propose une sélection des dix spectacles, séries, ou comédies qu'on a trouvé les plus drôles et pertinents cette année, en espérant qu'ils représentent un panorama fidèle de l'humour en 2019. C'est à découvrir dans cette newsletter.

Surtout, on attend toujours vos votes pour établir, cette fois, un top des lecteurs : on a déjà reçu une vingtaine de réponses, que ce soit par mail à revuehaha@gmail.com ou sur le hashtag #TopHAHA2019. Vous pouvez par exemple consulter, pour vous donner des idées, ceux du scénariste de Platane Thomas Bohbot, du journaliste de Slate Michael Atlan ou du site sur le stand-up français Le Spot du rire. Mais pour vous faciliter la tâche, on a préparé un sondage tout fait, accessible ci-dessous. Fin des votes : le 3 janvier. En attendant, passez de bonnes fêtes !

Si vous voulez nous envoyer recommandations, avis ou partenariats, c'est à l'adresse revuehaha@gmail.com.

VOTEZ ICI
Spectacle de Blanche Gardin. Sorti le 9 octobre sur Canal +. Durée: 1h36.
Le monologue d’une heure et demie qu’est Bonne nuit Blanche tient surtout de la prouesse scénique : tambour battant, Blanche Gardin déroule le fil de sa pensée dans ses doutes et ses contradictions, sans interaction de chauffeur de salle, avec son texte et rien que lui, passant avec brio d’une critique du brouhaha des réseaux sociaux au récit de sa récente coloscopie. Une performance. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 50.
 
Film de Craig Brewer, avec Eddie Murphy. Sorti le 25 octobre sur Netflix. Durée: 1h58.
Si Dolemite Is My Name prend bien soin de baliser son récit avec tous les codes de la success story, il le fait en connaissance de cause et en vitesse accélérée. Sous l’empâtement, on retrouve l'énergie enjouée d'Eddie Murphy diluée dans un rôle qui lui correspond, celui d’un comique débrouillard bouffi d’illusions, au point de convaincre toute une troupe de le suivre dans ses entreprises délirantes. Réjouissant. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 52.
 
Série de et avec Phoebe Waller-Bridge. Sorti le 17 mai sur Prime Video. Durée: 6x30 mn.
Trois ans après sa saison 1, on gardait un souvenir flou de ce qui nous avait tant plu dans Fleabag, chronique caustique d'une trentenaire londonienne qui enchaînait les conquêtes pour éviter de se morfondre dans le deuil. Et puis il a fallu un épisode, le premier, pour s'en rappeler : Fleabag évolue à un niveau d'écriture rare dans les séries comiques actuelles. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 44.
 
Podcast de Florent Bernard et Adrien Ménielle. 26 épisodes en 2019. Durée: Entre 1 et 3h.
Après quatre saisons, 2019 aura été l’année de la consécration pour le Floodcast, avec un show en public au Bataclan en octobre. Dans ce podcast, FloBer, auteur  - entre autres - pour Bref, Serge le Mytho ou plus récemment Pitch (HAHA #39), et son compère Adrien Ménielle reçoivent toutes les semaines comédiens et youtubeurs pour parler d’absolument tout, et bien souvent de comédie et création audiovisuelle. A écouter notamment, l’épisode avec la moitié des Robins des Bois (HAHA#38), ou encore celui sur la comédie Netflix La Grande Classe (HAHA#48).
 
Bande dessinée de Fabcaro. Sortie le 19 septembre aux éditions 6 pieds sous terre.
«De quoi on pourrait parler ?» La colossale interrogation suspendue au-dessus de tout repas de famille est le point de départ de la dernière BD de Fabcaro. Comme souvent chez lui, l'angoisse mène à l'absurde. C'est à chaque fois le pire qui se produit dans la soixantaine de pages de Formica : on appelle les voisins pour trouver un sujet de discussion, ou on déprime de ne pas être au niveau dans les remarques racistes. Une merveille de nonsenseLire notre critique en intégralité dans notre numéro 49.
 
Sketch show de et avec Tim Robinson. Sorti le 23 avril sur Netflix. Durée: 6x18 minutes.
C’est la formule presque irrésistible des meilleurs sketchs de Tim Robinson, ancien auteur au Saturday Night Live : un personnage qui s’enfonce inexorablement dans son mensonge pour rester digne. Si tout ne fonctionne pas parfaitement - c’est le risque dans ce genre d’exercice expérimental - on reste ébahi devant les idées merveilleusement débiles et régressives mises en images. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 43.
 
Spectacle de Bill Burr. Sorti le 10 septembre sur Netflix. Durée: 1h07.
Malgré une introduction plus provocatrice que drôle, Paper Tiger, le dixième special de Bill Burr, révèle le comédien quinquagénaire sous des atours plus empathiques et introspectifs. Pour une fois, sa comédie se retourne sur son personnage d'homme perpétuellement en colère. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 48.
 
Série de Maya Erskine et Anna Konkle. Sorti le 8 février sur Hulu. Durée : 10x30 mn.
Le décalage créé par le principe même de PEN15 est hilarant : Maya Erskine et Anna Konkle, les deux comédiennes trentenaires à l'origine de la série, jouent des versions d'elles-mêmes à l'âge de 13 ans, entourées d'un casting de pré-ados. Seulement, la série va plus loin que ça : si les situations de malaise de la vie de collège sont d'une extrême justesse, PEN15 aborde avec profondeur cet âge entre fin de l'enfance et découverte de la maturité. A découvrir sur Canal+ en 2020. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 38.
 
Série de Laurie Nunn avec Asa Butterfield. Sortie le 11 janvier sur Netflix. Durée : 8x45 mn.
Un adolescent puceau (l’étrange Asa Butterfield), perturbé par la psychanalyse perpétuelle de sa mère sexologue (Gillian Anderson), s’improvise lui-même conseiller en sexualité de son lycée. Le casting impeccable, avec le duo Butterfield-Gillian Anderson en tête, donne une vraie couleur à cet univers pastel de teen-movie américain. Sex Education réussit son coup en balançant habilement entre le drame et la comédie avec des enjeux crédibles, tout en préservant sa fraîcheur et sa légèreté pop. Une première fois réussie. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 36.
 
Film de Benoît Forgeard avec William Lebghil et Doria Tillier. Sorti le 26 juin. Durée : 1h45.
Jérém (William Lebghil), un branleur vingtenaire qui se rêve rappeur à succès, reçoit en test un réfrigérateur intelligent, nommé Yves. Censé lui faciliter la vie, il l'aidera à composer des tubes et à séduire So (Doria Tillier), enquêtrice pour la start-up Digital Cool. Difficile de faire plus original que le pitch du deuxième film de Benoît Forgeard après Gaz de France : toujours sur la crête de l'absurde, le film est une totale réussite de ce point de vue-là, tenant en haleine tout du long sur cet étrange duo homme-machine. Lire notre critique en intégralité dans notre numéro 46.
 
HAHA
Une newsletter rédigée par Adrien Franque et Clément Mathis.
Logo et illustration : Pierre Thyss.
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Instagram
Instagram
Website
Website
Copyright © 2019 HAHA, All rights reserved.


Email Marketing Powered by Mailchimp