Copy
Inscription - Désinscription - Archives - Voir la version en ligne
Allez, on rouvre ! Les cinémas d'abord, pour aller voir Mandibules de Quentin Dupieux, avec sept mois de décalage. Les salles de spectacle ensuite, comme le Barbès Comedy Club, qui a tout de même tenté de rester occupé pendant ces semaines de fermeture forcée. Mais si la cohue vous angoisse, vous pourrez toujours vous marrer à domicile. En binge-watchant la série Sexify sur Netflix par exemple. Ou en lisant le recueil de BD de Robert Crumb, Sans Espoir. Bonne lecture !

Des avis, des recommandations ? Ecrivez-nous à l'adresse revuehaha@gmail.com.

Tout le monde ne parle que de ça

Photo Memento Films Distribution

MANDIBULES
Film de Quentin Dupieux. Durée : 1h17. Sortie le 19 mai au cinéma.

Maintes fois décalée, au diapason de la réouverture incertaine des salles de cinéma, la sortie de Mandibules sera finalement pour mercredi, le 19 mai. Ce qui aura créé paradoxalement beaucoup d'attentes pour cette petite fantaisie d'1h17, plaisante mais un peu vaine, comme souvent dans le cinéma de Quentin Dupieux.

Ici, ce sont deux ahuris de la Riviera fauchée (Grégoire Ludig et David Marsais du Palmashow) qui tombent par hasard sur une mouche géante et décident de la dompter, avant de se retrouver intrus dans la villa d'une amie d'enfance qui n'en est pas vraiment une. Tout le récit est en ligne claire, presque un cartoon ou une histoire drôle. Une fuite en avant à la Dumb & Dumber qui tient un temps sur la complicité demeurée des deux du Palmashow, avant d'être rattrapée par une tonitruante Adèle Exarchopoulos, qu'on n'avait jamais vu aussi drôle.

De film en film, on ne peut pas dire que le cinéma de Dupieux s'étoffe. Steak, une autre comédie avec un duo de gogols et des gimmicks assumés, reste peut-être même son long le plus riche. Mais, malgré quelques temps morts, il réussit de mieux en mieux à garder l'absurde au cordeau. Jusqu'à conclure habilement cette fois Mandibules dans un gag réussi, une fin cohérente dans l'incohérence.
 

Les meilleurs articles sur la comédie parus dernièrement

Barbès. Les salles de spectacle se préparent à la réouverture mercredi, et Shirley Souagnon, fondatrice du Barbès Comedy Club à Paris, revient pour Télérama sur tout ce qui a été entrepris par sa «maison» sur YouTube et les réseaux sociaux pendant ces longs mois de fermeture où le Barbès est resté très actif, dernièrement avec une parodie de journal télévisé et une série mockumentaire sur les coulisses de la salle.

Risitas. Mort le 28 avril à l’âge de 65 ans, Juan Joya Borja était devenu mondialement célèbre en 2007 pour son fou rire édenté sur un plateau télé espagnol, passant instantanément au statut de meme. El Risitas, «le rieur», avait été adopté par les internautes français, notamment sur les forums de jeuxvideo.com (parfois jusqu'à être détournés par l'extrême droite). Des internautes qui, raconte le Monde, étaient allés jusqu'à monter une cagnotte en ligne pour lui offrir un scooter électrique dès l’annonce de l’aggravation de sa maladie en janvier dernier. 

Transformation. John Mulaney sort d'une année difficile. Après une cure de désintoxication contre une addiction à la cocaïne et un divorce, l'humoriste new-yorkais est remonté sur scène ces dernières semaines. Vulture raconte l'expérience du spectateur face à un Mulaney en train de reconstruire de zéro ou presque son approche du stand-up.

Simpson. Il est l'un des scénaristes de comédie les plus respectés, mais aussi l'un des plus mystérieux : John Swartzwelder, prolifique auteur des premières saisons des Simpson livre un peu de ses secrets de fabrication dans le New Yorker
 

Une série à voir en ce moment

Photo Netflix

SEXIFY
Durée : 8x40 mn. Diffusé le 28 avril sur Netflix.

Ça semble assumé : Sexify se situe dans la veine d’une autre série Netflix à succès, Sex Education. Même esthétique acidulée, une BO électro omniprésente, et, comme son nom l’indique, le sexe comme sujet principal. Mais quand la série britannique était finalement assez centrée sur son personnage principal masculin, Sexify de son côté suit une bande d’étudiantes, menée par Natalia, élève ingénieur douée mais asociale qui essaye de développer une appli pour optimiser l’orgasme féminin. Pas anecdotique, on se situe dans une étrange cité universitaire de Varsovie, en Pologne, pays très catholique, ultra-conservateur : un environnement qui contraste avec l'énergie de Natalia et ses amies, tiraillées entre leur envie de liberté et un carcan familial pesant.
 

L'humour, c'est surtout visuel

ALEXIS LE ROSSIGNOL
Un banal problème d’aéroport prend une ampleur absurde quand il est étiré sur 5 minutes par l’humoriste Alexis Le Rossignol et son flegme un peu candide, sur la scène du Point Virgule à Paris.

Une BD drôle sortie récemment

Editions Cornélius

SANS ESPOIR
De Robert Crumb. Editions Cornélius. Paru le 13 mai.

Recueil de planches dessinées entre 1967 et 2002, Sans Espoir donne un bel aperçu de l’étendue de l'œuvre pléthorique de l’Américain Robert Crumb. Pionnier de la BD underground, Crumb installe une galerie de personnages burlesques, libidineux, et dérangeants : John Q Public aka «Le pékin moyen par excellence», Joe Kickass, sorte de Pascal Brutal new-yorkais, l’ivrogne Bo Bolinski, de petits losers à l’opposé des superhéros qui trustaient les comics d'alors. D’un trait nerveux, l’humour acerbe, comme des coups de canif dans l’emballage doré du rêve américain.

Aujourd’hui, à 77 ans, Crumb l’Américain vit en retraité dans le Gard, avec sa famille. «Trop heureux pour faire de la bande dessinée», confie aux Inrocks Jean-Louis Gauthey, fondateur de la maison Cornélius qui édite ce Sans Espoir, et l’ensemble de l’œuvre de Crumb en France.
 

Le meilleur de l'humour en baladodiffusion

BEST STORY EVER
E01 : Chasse au trésor mortelle dans Les Rocheuses.
En dérivant au fil des liens sur Wikipédia, Marina Rollman fait revivre Dominomus, le moineau qui a fait vaciller un Domino Day, se replonge dans l’histoire de Sealand, la principauté agressive au large des côtes anglaises, rend hommage aux activistes du Front de Libération des Barbie… Cinq histoires invraisemblables racontées dans cette série de podcasts produite par Deezer. 
Sorti le 5 mai. Durée : 5x10 minutes.

TOUTE UNE VIE
Tex Avery (1908-1980), l'ouragan loufoque.
Tout le monde connaît Bugs Bunny, Daffy Duck ou Droopy, mais ce documentaire, permet de se rendre compte du niveau de transgression qu’il a fallu à leur créateur, le Texan Frederick “Tex” Avery, pour imposer ce style burlesque dans le milieu de l’animation des années 1930-1940 dominé par le très conservateur Walt Disney. Et parmi les intervenants, la voix chaleureuse du regretté Philippe Dana, l’animateur de Ça Cartoon, disparu en 2008. 
Sorti le 15 mai. Durée : 58 minutes.

THE LAST LAUGH
‘Bridesmaids’ Director Paul Feig, 10 Years Later.
Le réalisateur de Bridesmaids (Mes Meilleures Amies, en français), sorti il y a tout juste 10 ans, revient sur le succès imprévisible de cette comédie, qui a révélé Melissa McCarthy et Kristen Wiig au grand public et se souvient de la difficulté de monter un film avec un casting quasi-exclusivement féminin.
Sorti le 27 avril. Durée : 56 minutes. Podcast en anglais.

ET POUR FINIR...

Quentin Dupieux, du pire au mieux : on a classé les films du réalisateur sur Sens Critique. Un top à lire à l'envers, pour aucune raison à part le jeu de mots.
 
HAHA
Une newsletter rédigée par Adrien Franque et Clément Mathis
Suivez-nous sur Twitter, Facebook ou Instagram

Illustration : Pierre Thyss

Copyright © 2021 HAHA, All rights reserved.


Partager cette newsletter avec un ami

Ajoutez-nous à votre carnet d'adresses
HAHA
////
Paris 75
France

Add us to your address book


Vous ne voulez plus recevoir cette newsletter ? Vous pouvez modifier vos préférences ou vous désabonner.

Email Marketing Powered by Mailchimp