Copy
ConverRSE#3
Voir ce message dans votre navigateur web
Jeudi 25 janvier 2018

 

RAPPORTS RSE : LE DIGITAL EST-IL L'AVENIR DU PRINT ?

À l’heure où la digitalisation de l’information bat son plein, les entreprises peinent à choisir entre le rapport print ou digital. Qui sera le grand gagnant du match. Les paris sont ouverts !


Le full web gagne du terrain

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à digitaliser leurs contenus RSE. Objectif : proposer une expérience utilisateur interactive.

Les plus :

- Accessibilité des contenus : pour Danone, le rapport en ligne est l’occasion de valoriser les projets « responsables du groupe » en s’adressant à un large public avec des textes concis et simples. Pour Renault c’est l’opportunité de revisiter la figure imposée de l’Edito du Président. Celui-ci prend la forme d’un clip imagé illustrant les faits marquants de l’année écoulée dans le dernier rapport annuel du groupe. 

- Expérience utilisateur : Orange, Danone ou DPDgroup ont ainsi joué la carte du full web pour mettre en scène leurs contenus RSE. Ces plates-formes interactives permettent d’assembler des médias variés portés par une interface interactive. Vidéos, photos, rédactionnels, animations, datawalls dynamiques proposent aux internautes une lecture sur mesure et parfois ludique.

- Statistiques : pour les accros aux stats, l’analyse du trafic et du comportement des internautes permet de juger de la performance des contenus et de faire évoluer son rapport en conséquence d’une année à l’autre.

- Mise à jour des contenus : sans sombrer dans le fantasme du « reporting en temps réel », un rapport digital offre une large palette de mises à jour possibles (data, actions terrains, etc) et autant d’occasions de dynamiser sa démarche RSE. 

- Logique conversationnelle : c’est l’un des points forts du web. Donner aux entreprises l’opportunité d’échanger avec ses lecteurs. Ainsi, des tchats, bots ou murs de questions permettent aux internautes de poser leurs questions et d’entrer en communication directe avec l’entreprise. Une bonne façon de créer du lien et d’apporter une information personnalisée.

- Diffusion : adapté à tous les types d’écrans, illimité dans sa diffusion et jouissant d’un référencement facile à mettre en place, le rapport digital permet de voir grand et d’élargir considérablement sa base de lectorat…

Le moins : ces plates-formes ne sont pas toujours très ergonomiques et si l’UX et l’UI ne sont pas sérieusement pensées, il est parfois difficile pour le lecteur de se repérer dans cette mosaïque d’informations. Comment dissocier le contenu pertinent des données plus factuelles, voire anecdotiques ? Pas toujours simple.
 

Le rapport papier, toujours incontournable ?
 

Les rapports RSE papier proposent une information verticale au contenu figé. Le print essaie néanmoins d’innover pour rester à la page.

Les plus :
- Maniabilité et pérennité du format imprimé : ce n’est pas qu’une histoire de génération. Les adeptes du format papier et de son confort de lecture sont encore nombreux et constituent une part non négligeable du lectorat de certains rapports. Un site qui ne s’accompagne pas d’une version pdf à télécharger peut produire beaucoup de déception.

- Nouveaux formats : on note par exemple l’émergence du format 18x25 pratique et facile à manipuler. C’est aussi le cas des formats panoramiques qui réapparaissent à l’instar du rapport RSE d’Allianz France qui offrent un meilleur confort de lecture à l’écran dans leur version PDF.

- Infographies : le print joue volontiers avec les graphiques, schémas ou pictos pour diversifier les clés de lecture et améliorer la compréhension des messages. Scénarisation de la démarche RSE (Suez), schémas de l’empreinte carbone (Danone), illustration de la chaine d’approvisionnement (Bonduelle), cartographie des sites et activités à l’international (l’Oréal) : autant d’outils pédagogiques qui permettent d’améliorer la présentation de l’information extra financière de l’entreprise.

- Storytelling : certains acteurs n’hésitent pas à explorer de nouvelles formes narratives. C’est le cas de la BPCE dont le rapport d’activités et de développement durable prenait la forme d’une nouvelle littéraire. Au fil des pages, l’intrigue dévoile son lien avec la stratégie du groupe.

- Récurrence : le rapport print marque un temps fort dans l’agenda RSE des entreprises. Attendu par les salariés, c’est aussi un support apprécié des commerciaux qui ne manquent pas de le valoriser auprès de leurs clients et prospects.


Le moins : des rapports souvent trop riches de contenu et assez conformistes dans la structure. 


Alors print ou digital ? Si le digital offre de nouvelles opportunités pour revisiter les contenus RSE, le print n’est pas encore voué à disparaître. Ses défenseurs revendiquent un meilleur confort de lecture. Utiliser ces deux supports de façon complémentaire est sans aucun doute la combinaison gagnante, à condition que les budgets le permettent.
 
Nicolas Perdrix, contact : nperdrix@sidiese.com

LE REGARD DE L'EXPERT
 

ConveRSE #3 : 3 minutes avec ... Brigitte Dumont, groupe ORANGE
3 minutes avec... Brigitte Dumont, groupe Orange
Twitter
Facebook
LinkedIn
Site web
...........................
Vous recevez ce message car vous avez été au moins une fois, en relation avec l'agence Sidièse. Si vous ne souhaitez plus jamais être contacté, le lien en pied de mail est à votre disposition.
...........................
Copyright © 2018 Sidièse, Tous droits réservés.

Notre adresse
Sidièse 49 rue de Billancourt Boulogne-billancourt 92100 France

Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou supprimer votre email de cette liste

Email Marketing Powered by Mailchimp